RODRIGUEZ Génie méconnu ou Grosse arnaque ?

Aller en bas

RODRIGUEZ Génie méconnu ou Grosse arnaque ?

Message par BAYOU le Dim 2 Mar - 0:29



Tout (re)commence comme dans un conte de fée, le genre mélo pour Hollywood, un film de Malik Bendjelloul, construit comme une enquête-documentaire, qui raconte l’histoire d’un chicano né à Detroit en 1942, et qui grandit dans la jungle de Motor City, et sort deux LP (Cold Fact et Comin from Really) en 1969 et 1972, dont personne n’a entendu la moindre à l’execption de Philippe Garnier, l’homme de Los Angeles qui en juillet 2008 écrit un article dans Libération (Sixto Rodriguez retour d’acide).
Et au fil du film, on apprend que Rodriguez, a connu un énorme succès en Afrique du Sud, pendant l’apartheid, mais qu’il n’a touché aucune royalties. Et on suit l’enquête de Stephen Segerman, un disquaire sud-africain, qui retrouve la sœur du gars et ce dernier vient donner des concerts en Afrique du Sud où il est accueilli en héros par une foule en délire ! ! !
Le film, connait un succès relatif qui se développe avec le bouche à oreille, plus de 210.000 entrées à ce jour en France, et 3,7 millions de $ de recettes aux USA.
Belle histoire ?
Et qui continue, car notre homme qui vit toujours modestement et qui travaille comme ouvrier sur les chantiers, se laisse convaincre par sa nombreuse famille de porter la bonne parole au monde entier.
Et, il débarque à Paris, deux Zénith sold-out, et La Cigale. Alors que virent les spectateurs ?
Le fantôme pauvre de Dylan ?
Le génie méconnu qui se révèle enfin ?
Petite analyse du phénomène.

Déjà dans le film, une impression bizarre se dégage, pendant les séquences des concerts du « come back » sud africian.
On voit et on entend le public qui applaudit, crie, hurle et sur d’autres plans le chanteur.
Bizarre que le public ne chante pas les paroles. Vous allez à n’importe quel concert de Springsteen ou de Patrick Bruel, et vous entendez le public accompagner le chanteur.
Cela sent le bidouillage, mais OK, c’est une fiction.
Ensuite, la qualité des deux albums oubliés. Certes et surtout dans Cold Fact, plusieurs titres sont superbement écrits, « Sugar Man » bien sur « Sugar man, won't you hurry/'cause I'm tired of these scenes/For a blue coin, won't you bring back/all those colors to my dreams ».( Sugar man, tu ne vas pas te dépêcher ?/Parce que je suis fatigué de ces scènes/Pour une pièce de monnaie bleue/, ne vas-tu pas rendre /A mes rêves toutes ces couleurs ?) ça envoie grave, I Wonder et « This Is Not A Song, It's An Outburst: Or, The Establishment Blues » que l’on dirait écrit justement pour le peuple sud-africain « The mayor hides the crime rate,/council woman hesitates,/public gets irate, but forgets the vote date./Weatherman complaining, predicted sun, it's raining./Everyone's protesting, boyfriend keeps suggesting,/you're not like all of the rest.( Le maire cache le taux de criminalité,/la femme du conseil hésite,/le public devient furieux, mais oublie la date du vote,/l'homme de la météo qui se plaint, avait prévu du soleil, mais il pleut./Tout le monde est en train de protester, le petit ami continue d'insinuer, que tu n'es pas comme les autres ».
Mais on peut comprendre le manque de succès des albums, très surproduit, surtout le second, pompeux par instants, et qui part un peu dans tous les sens.
Reste la voix, avec un côté Donovan qui aurait bouffé tout l’acier de Detroit, coupante comme un rasoir.
Allez avec les deux albums, on peut en faire un seul qui tient la route.
Et en live ?
J’ai trouvé sur le net un concert de 2013 (14 mai à Austin Texas).
Dur, déjà Rodriguez n’a pas embauché un groupe de musiciens, mais comme Chuck Berry, il les recrute sur place !
Sauf que tout le monde connaît les chansons de Chuck et que lui, il assure les riffs et les solos de guitare, alors que Rodriguez pas vraiment.
On peut ajouter « un problème qui revient » comme le déclare publiquement son management, en réalité, il picole notre Rodriguez, ce qui n’est pas une tare, et il n’est pas le seul, mais il a quand même sérieusement massacré ses concerts européens de 2013.
Il revient début mars 2014 à l’Olympia, toujours sold-out.
Alors, moi je ressens surtout une sorte de malaise, l’impression d’être pris pour un gogo, de me faire mener en bateau, qui tire les ficelles ? Qui récupère les dollar et les euros ramassés par les shows ?
Rodriguez est-il manipulé par son entourage (trois filles et sa femme), son management, a-t-il quelque chose de nouveau à dire ?
Il semble qu’il n’a rien écrit depuis 1972 et les shows très courts sont un best of des deux albums, avec une ou deux cover  un peu branlantes du chef comme « Like A Rolling Stone » ou « Blue Suede Shoes »
Alors et pour répondre à la question du titre : Un peu des deux, incontestablement Rodriguez sait raconter une histoire dans une chanson, avec des mots qui claquent, des métaphores à la Dylan, mais il est peut-être un peu tard pour se lancer dans des tournées à 72 ans avec un répertoire très succinct, et des musiciens de passage.
Moi, je donnerai un conseil, Rodriguez achète toi un truc sympa vers Detroit (il doit y avoir de bonnes occasions en ce moment), reste pépère, continue à picoler ou pas, et envoie chier tous ceux qui veulent te faire marner. Il est trop tard pour commencer une carrière de rockstar !




_________________
Mon blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin

Messages : 750
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://rock-music.weshforum.com,http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum